• Bandcamp - Cercle blanc
  • SoundCloud
  • Blanc Icône Instagram
  • Spotify - Cercle blanc
  • iTunes - White Circle
  • Deezer - White Circle

Benjamin Gibert est un compositeur et producteur français. Ses pièces musicales sont des sculptures hybrides entre field-recording, écriture classique et improvisation libre. Il aime s’aventurer dans la montagne, les forêts et les mégalopoles en quêtes de sonorités secrètes. Il récolte la matière sonore brute, puis il l’assemble, la soude, l’explose et la fusionne. En flirtant avec des partitions pour instruments acoustiques et électroniques, ses pièces forment des épopées et ouvrent les portes de territoires invisibles.

Dans sa démarche, il s’inspire de compositeurs comme Steve Reich, Midori Takada, Yosi Horikawa, ou encore D’Eon.

 

Il est invité par le Centre Culturel de l’Ouest à créer une pièce musicale spatialisée pour le cloître de l’Abbaye Royale de Fontevraud en Novembre 2018, afin de célébrer l’entrée dans l’hiver.  Le très introverti ‘Gemmes’ voit alors le jour, et sonne comme un conte d’hiver, une promenade depuis les champs enneigés vers le coeur réconfortant de l’abbaye, depuis le jour vers la nuit. En Avril de la même année, il s’envole pour deux mois de recherche et de création en Nouvelle-Zélande, dans la résidence Earthskin à Muriwai. Sa recherche, inspirée par ses études sur le paysage en école d’Architecture, porte sur l’hyper-localité des sons, les milieux ambiants et la géologie. Cette résidence donne naissance à ‘Taihua’, un EP très tourné sur l’océan et la nature néo-zélandaise.

 

Dès lors il s’intéresse à une forme de nomadisme créatif, poussé par un désir d’exploration et d’échanges, et de compression du studio musical dans un sac-à-dos.

1. barefoot (5:25)

2. low tide cavern I (3:02)

3. native forests (4:20)

4. tūīs garden (5:52)

5. low tide cavern II (1:09)

6. shells (5:52)

7. low tide cavern III (1:37)

8. franz joseph glacier (4:24)

All tracks composed, played and produced by Benjamin Gibert.
Samples of nature sounds by Benjamin Gibert.

Recorded, mixed and mastered by Benjamin Gibert at Earthskin Muriwai Residency, New Zealand. >> www.earthskin.co.nz


Photography by Thomas Vailant >> www.thomva.com
Artwork by Thomas Vaillant & Benjamin Gibert.

released November 4, 2019

'Taihua' est un terme maori. Il désigne la marge entre les limites de la marée basse et de la marée haute.

'Taihua' est l'antichambre de l'océan.

Nous avons arpenté bon nombre de 'Taihua' en Nouvelle-Zélande, à la recherche de sons, de buccins, de points de vue sur les forêts natives ou sur les îles du large. Nous avons marché le long d'un océan souvent agité et puissant. Nous avons surfé dans les vagues de la marée montante, et avons couru pieds-nus sur le 'Taihua' humide de la plage de Muriwai. Nous y avons passé des crépuscules, à photographier le ciel rose, reflété dans le miroir formé par la pellicule d'eau. Nous avons découvert des cavernes accessibles à marée basse, et avons capturé leur reverb. Nous avons scanné le sable jonché de coquillages, puis les avons fait sonner à la manière d'instruments à vent, les organisant ensuite par notes de musiques, selon leurs tailles. Puis nous sommes remontés dans les terres, le long des ruisseaux, toujours pied-nus, nous engouffrant dans les forêts natives, entourés d'oiseaux endémiques hyper bavards.

Les huit morceaux de 'Taihua' parlent d'hyper-localité. Ils contiennent chacun des sonorités récoltées sur place, depuis les phrases mélodiques déjantées données par le tūī ou le piwakawaka, jusqu'aux motifs rythmiques uptempo des insectes. L'humain a aussi sa part dans l'histoire, il a simplement pris soin d'enlever ses chaussures, et de retrouver le contact avec la matière.

A propos de Tūīs Garden

Les palmiers et les fougères arborescentes nous entouraient, la maison en bois dans laquelle nous habitions se situant dans une clairière. Chaque matin, c'étaient des dizaines d'oiseaux qui volaient au dessus de nos têtes, de cime en cime. Il y avait des perruches omnicolores, des rhipidures à colliers (piwakawaka), des pukekos, des gérygones (riroriro), un ruru noctambule, et autres oiseaux de passage. Une bonne partie du guide sur les oiseaux endémiques que je m'étais procuré en arrivant en Nouvelle-Zélande était présente dans ce jardin. Le grand soliste de l'orchestre des oiseaux était le tui. Il entonnait fréquemment la même phrase, comme une séquence folle, si obsédante que j'ai bien décidé de l'enregistrer. Le tui n'est pas si sauvage, apparemment il aime qu'on l'écoute, je n'ai pas eu trop de difficultés à enregistrer ses séquences, avant de les déconstruire par la suite.

A propos de Shells

Créer de la musique à partir d'un lieu, c'est peut-être aussi le solliciter, le faire résonner activement, assembler les matériaux qu'il nous offre et leur donner une vibration. Le titre 'Shells' est né d'un artefact. Tout d'abord, il y a eu ce réveil sur une plage recouverte de coquilles de buccins vides. Nous en avons récolté des dizaines, après nous être rendus compte qu'ils pouvaient fonctionner comme de petits instruments à vent. Ils répondent à un phénomène de physique acoustique très simple: en faisant vibrer l'air à l'intérieur, plus la coquille sera volumineuse, plus la note sera grave. Alors je me suis mis à classer chaque coquille par note, à l'aide d'un accordeur, puis j'ai stocké les coquilles qui offraient les notes les plus claires. Une gamme harmonique formée de six coquillages-notes est apparue assez rapidement. Pour les assembler, Thomas Vaillant a fabriqué la structure de l'instrument à l'aide d'une branche de palmier séchée et de corde. Le 'shellphone' est alors né. Puis les improvisations ont constitué la base de 'Shells'

Avec 'Taihua', Benjamin Gibert conjugue IDM, field recording et folktronica, signant ainsi une oeuvre belle et exigeante, qui met une belle inventivité technique au service d’un enracinement profond et sincère dans la nature.

Indiemusic.fr

lire l'article

Quelque chose de tribal, d'organique et de vivant émane de cette structure électronique à la fois complexe et accrocheuse.

Boulimique de Musique (Montréal, CA)

The dreamy sounds of 'Taihua' provide immediate well-being.

A hymn to the ocean, to its splendour and diversity. And above all a beautiful musical discovery, much more than a simple concept-EP.

Homecooking Share (FR)

© 2018 Benjamin Gibert. All Rights Reserved.